Boulder Font The Bouldering

Le Bloc

...un paradis pour les grimpeurs

Un petite intro

...à la forêt

Niché dans la forêt, Fontainebleau se situe à 50 km au sud de Paris. Considérée par la plupart des connaisseurs comme l’une des meilleures destinations de bloc dans le monde, la forêt est parsemée de milliers de rochers en grès de toutes formes et tailles offrant plus de 20 000 voies à tous les niveaux. En fait, elle est composée de plusieurs zones rocheuses, autour de Fontainebleau, Milly-la-Forêt et Nemours, principales villes de la région. Ainsi, vous pouvez visiter une zone assez étendue, répartie dans des forêts publiques comme la Forêt Domaniale de Fontainebleau et la Forêt Domaniale des Trois Pignons, et la forêt de la Commanderie-Larchant au sud. L’Office National des Forêts, ou ONF, est un établissement public chargé de la gestion durable de ces forêts publiques en France. D’autres zones de rochers sont situées dans des forêts privées, principalement dans la zone ouest. La plus grande partie de cette zone étendue fait partie de la Réserve de Biosphère de Fontainebleau et du Gâtinais depuis 1998, rejoignant un programme international de l’UNESCO en faveur d’un développement durable associant la participation locale, l’éducation et la recherche scientifique. Coordonné par une association, la Réserve favorise l’écotourisme comme l’une de ses principales initiatives, où les activités de plein air comme le bloc trouvent naturellement leur place.

www.visit.pariswhatelse.fr/en/affinities/unesco-mab-fontainebleau-gatinais-biosphere-reserve

www.biosphere-ecotourisme.com/

Créé en 1999, le Parc Naturel Régional du Gâtinais couvre la partie ouest de cette zone, avec un siège appelé « La maison du Parc » situé à Milly-la-Forêt. Le rôle de ce Parc est de promouvoir un développement économique durable ainsi que la protection de l’environnement naturel. Il fournit des informations et des incitations pour diverses activités, y compris le tourisme.

http://www.parc-gatinais-francais.fr/

La roche

...grès

Les rochers en grès de Bleau offrent une grande variété de formes et prises : des bossettes, des règlettes, des toits, des murs exposés, des rétas arrondis, des jetés, des arêtes , des dalles, des mouvements de compression et à peu près tout ce que vous pouvez imaginer. Si vous ne trouvez pas un bloc à Bleau qui corresponde à votre style préféré, alors peut-être que le bloc n’est pas un sport pour vous.

Le grès est naturellement très sensible à l’érosion, alors assurez-vous de nettoyer vos chaussons avant de grimper sur le rocher et de ne pas grimper sur un rocher humide.

Visitez notre rubrique Terrain de jeux pour en savoir plus sur la préservation des sites.

Un peu d'histoire

...l’origine

La forêt de Fontainebleau et ses rochers ont été admirés pendant des siècles par des promeneurs, dont les peintres de l’école Barbizon au 19ème siècle.

On raconte que l’escalade a commencé à la fin des années 1800, en tant que préparation pour la montagne, sous l’nfluence active de la section parisienne du Club Alpin Français.

Certains blocs traditionnels ont été nommés en hommage à des grimpeurs célèbres du début du 20ème siècle : Prestat, Wehrlin, Maunoury, … et le célèbre Pierre Allain, qui a inventé le chausson d’escalade avec des semelles en caoutchouc.

En même temps, les célèbres Bleausards étaient des alpinistes actifs et certains ont participé à des expéditions internationales dans l’Himalaya ou dans les Andes, comme Robert Paragot, Lucien Bérardini et René Ferlet.

Un premier guide de 1945 a fourni une carte de rochers avec leurs noms et leurs cotations.

Le premier circuit avec des rochers indiqués par des flèches peintes a été créé en 1947 par Fred Bernick dans le secteur du Cuvier Rempart, suivi de voies aux Gorges d’Apremont tracées par Pierre Mercier en 1952.

Les vagues de forts grimpeurs ont continué à élever le niveau de difficultés, de 7A à 8A entre les années 1950 et 1980 (Robert Paragot, Michel Libert, Thierry Bienvenu, Jérôme Jean-Charles, Pierre Richard, Jean-Pierre Bouvier, Marc Le Menestrel … pour en citer quelques-uns à peine).

L’escalade de bloc moderne a véritablement explosé dans les années 1990, avec l’adoption de ”crash-pads”(petits matelas de réception) amortissant les chutes et permettant de nouvelles explorations. Jô Montchaussé, un grimpeur passionné originaire de la forêt, a été un des premiers à adopter les crashpads inventés aux États-Unis, et a créé son propre Triple Pad encore vendu à Barbizon entre autres lieux.

Secteurs

...faites votre choix

Vous avez le choix entre de nombreux secteurs de blocs à Bleau, offrant des expériences légèrement différentes. La plupart des guides mettront en évidence les secteurs les plus adaptés au soleil, après la pluie, avec des enfants, avec des “highballs”exposés, etc. La plupart des blocs reposent sur des sols sableux permettant des chutes peu dangereuses, et les marches d’approche pour l’accès aux rochers prennent rarement plus de 20 minutes, tandis que certains secteurs sont visibles du parking.

Pendant les vacances et les week-ends, les secteurs les plus populaires comme Bas Cuvier et La Roche aux Sabots peuvent être surchargés, ainsi si vous êtes là pour une semaine ou plus, il est préférable de réserver ces secteurs pour des jours de semaine.

Eclipse
Éclipse 7c, Cul de Chien - © Jen Randall

Les cotations

...juste une indication

Les cotations ne sont qu’une indication, alors essayez de ne pas trop vous en préoccuper. Certains pensent que les cotations de Bleau sont sévères, mais une fois que vous êtes habitués au style et types de mouvements d’escalade et que vous grimpez dans de bonnes conditions, vous devriez vous y retrouver. Sinon, rappelez-vous que un certain M. Ondra est tombé sur La Marie Rose au Cuvier, côté fb 6A!

Magnésie ou pof

...magnésie

C’est toujours un sujet très débattu sans réponse définitive bien que, en dehors de la France, le consensus général soit très clair : n’utilisez pas le pof, utilisez la magnésie.

Le pof est une résine de pin séchée qui est enveloppée dans un chiffon, utilisé pour « battre » les prises, ce qui laisse un résidu collant sur la roche, et peut ainsi améliorer l’adhérence du rocher. Le problème est que la résine transférée se durcit, s’accumule et devient vitreuse, ce qui signifie que la seule solution réelle est d’ajouter plus de pof. Un bon nombre de grimpeurs français (en particulier les plus anciens) utilisent encore le pof à Bleau et son utilisation est encore préconisée par plusieurs sites et organisations d’escalade français, de sorte que je suis sûr que ce débat se poursuivra pendant un certain temps.

Menu

...un petit guide*

Si vous avez des modifications ou des ajouts à suggérer, n’hésitez-pas à me les envoyer. Merci.

hello@jonathan-creative.com